L’économiste maghrébin le Dr Azzedine Lakhouaja

Azzedine Lakhouaja;
La vie moderne est liée à des souffrances qu’on nomme mal de dos,arthrose, jambes lourdes ou stress.
Pour en savoir davantage,L’économiste maghrébin a rencontré le Dr Azzedine Lakhouaja, une référence internationale et grand connaisseur de la thalasso. Il nous a entretenus, entre autres, de l’évolution de ce domaine peu connu en Tunisie, de sa valeur ajoutée dans le tourisme tunisien,ainsi que du congrès international de la thalassothérapie qui se tient cette année à Hammamet.
Écoutez ce spécialiste hors norme,qui nous entraîne dans les méandres d’un domaine qui n’a pas fini de nous livrer tous ses secrets.

L’économiste maghrébin: Qu’est-ce que la thalassothérapie et à qui est-elle destinée?

Azzedine Lakhouaja 
:Du mot grec « thalasso » eau de mer et « théropérna » soin, la thalassothérapie est le soin par l’eau de mer chauffée à 33° additionnée à des algues et autres boues marines alliées au climat marin.

Un centre de thalassothérapie puise l’eau de mer, la filtre et la réchauffe pour la diffuser en bain, jets, douche, jacuzzi et piscines hydrotoniques. En Tunisie, nous avons l’avantage, par rapport à tous les autres pays dans le monde, de disposer de l’article de loi n°92-1297 du 13 juillet 1992 qui détermine pas moins de 83 normes de thalassothérapie. Lesquelles normes doivent être appliquées dans tous les centres tunisiens afin d’être agréées par les  ministères de tutelle, à savoir le ministère de la Santé et celui du Tourisme de l’Artisanat.

Un centre ainsi agréé permet. De  dispenser des traitements à but préventif voire curatif; différentes cures de thalassothérapie sont ainsi individualisées pour traiter tantôt un mal de dos, une arthrose, des jambes lourdes ou un simple amincissement ou autre remodelage du corps et-de la silhouette.

L’homme d’aujourd’hui est souvent stressé et la cure anti-stress lui permet très rapidement (lorsqu’elle est bien contrôlée) de reprendre son capital santé/bien-être dans des conditions optimales.

D’autres cures plus spécifiques peuvent être octroyées lors de l’entretien  médical indispensable et impératif au préalable de chaque cure.